[JOURNÉE D’ÉTUDE] – Tribu, tribalisme et tribalité au Cameroun : construction et mode de fonctionnement

Le présent appel à communication lancé par le Département de Langue et Littérature Françaises de la Faculté des Arts, Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Maroua – Nord-Cameroun – se propose d’offrir un espace d’échange scientifique sur les notions de « tribu, tribalisme et tribalité » au Cameroun. Il s’agit de faire le point sur le phénomène d’identité ethnique à travers les contributions des universitaires, des praticiens, des experts et de la société civile sensible à cette question, avec des expériences diverses vécues dans différentes régions du triangle national. Un accent sera mis sur les perspectives pratiques, concrètes de transformation, de changement des paradigmes et des pesanteurs à l’approche intégrée de toutes les ethnies en présence dans les politiques culturelles camerounaises.

1. L’argumentaire

Le Cameroun, zone de convergence des civilisations, regroupe trois des quatre phylums attestés en Afrique ; et plus de 250 unités-langues identitaires, quatre fois autant de dialectes (Edmond BILOA, (2003 : 2). Dans ce manteau d’Arlequin linguistique, qui préfigure une grande disparité culturelle et un éclatement de regroupements communautaires, comment le social produit-il des représentations en référence à l’identité et à la tribu ? Sous quels motifs et quelles formes apparaissent-elles dans la littérature, les sciences sociales et les autres arts ? Quelles sont les incidences de ces représentations sur le projet du vivre-ensemble harmonieux dans la diversité linguistique et culturelle ? Telles sont les questions qui guideront la réflexion au cours de cette journée d’étude.

En termes ethnographiques, SALIKOKO MUFWENE (1997 : 161) associe l’identité sociolinguistique d’un locuteur à son appartenance sociale, sa classe socio-économique, son ethnie dans certaines sociétés multi-ethniques, son âge, son sexe, son niveau d’éducation, sa profession, etc. Dans un discours, l’identité est déterminée par le rapport du locuteur avec son interlocuteur, notamment le statut, lequel le détermine comme inférieur, égal, ou supérieur.
Au Cameroun, les ethnies/tribus sont marquées par des traits culturels différents. Ces disparités créant des incompatibilités de mœurs, est amplifiée par de nombreux clichés, donnant lieu aux clivages de toutes sortes (BALGA Jean Paul, 2021 : 103).

La question est troublante mais pertinente dans la mesure où l’intégration nationale semble compromise dans la mesure où le paysage discursif laisse transparaître des formes subjacentes de conflits d’intérêts entre les communautés linguistiques camerounaises. Tout porte à croire que l’homme du Nord trouve étrange la culture de l’homme du Sud, que le citoyen de l’Est a du mal à accepter et à accéder aux autels sacrés des ancêtres du citoyen de l‟Ouest. Dans un tel contexte, le projet d’intégration nationale demeure une utopie face à une réalité tribale qui étend ses tentacules. Conscient des conflits liés aux replis identitaires et en tout état de cause, François SENGAT KUO (1985 : 15) suggère, à tort ou à raison, un syncrétisme culturel en termes de « tribalités » :

Au Cameroun, il n’est pas d’ethnie ni de culture ethnique marginales. Chaque culture ethnique ayant nourri une pensée originale constitue un maillon nécessaire de notre complexe culturel collectif. Cette conviction fait donc obligation à chaque tribu de ce pays de descendre en elle-même, de creuser en elle-même, pour ne remonter qu’avec ce qui semble le plus représentatif de son génie, le plus à même d’exprimer sa tribalité. C’est de la tribalité ainsi définie comme quintessence culturelle de la tribu que partira la chaîne en rosace de nos universaux culturels, chaîne dont nous appelons la confection pour le combat national contre le tribalisme.

2. Les axes de réflexion

Pour orienter la réflexion des contributeurs, les thématiques suivantes, sans être exhaustives, sont retenues :

  • cadrage des enjeux et analyse des concepts : tribu, ethnie, ethnicité, tribalisme, tribalité en rapport avec la problématique du vivre-ensemble ;
  • mythes et tribalisme dans les communautés linguistiques ;
  • déconstructions et constructions de l’identité de l’allogène dans les productions littéraires ;
  • représentations, idées reçues de l’Autre dans les groupes ethniques ;
  • regard négatif sur l’Autre dans les us et coutumes camerounais ;
  • expressions métaphoriques sur l’allogène dans les traditions ;
  • figures de l’allogène et de l’autochtone dans le roman camerounais ;
  • expressions toutes faites, adages, proverbes, formules idiomatiques ;
  • tribalisme et socio-culture ;
  • tribalités et pouvoir ;
  • rapport tribus/partis politiques ;
  • tribalisme et religion ;
  • aires culturelles et socio-anthropologie de la lutte contre le tribalisme ;
  • outils d’appropriation et d’intégration ethnique dans les politiques et industries culturelles ;
  • contribution des ethnies dans l’amélioration du climat des affaires au Cameroun ;
  • indicateurs de mesure des avancées des politiques d’intégration ethnique en rapport avec la gouvernance
  • l’image des ethnies dans le cinéma africain ;
  • identité ethnique et références tribales dans l’humour et dans la musique camerounaise ;
  • discours de la différence ethno-tribale dans les réseaux sociaux au Cameroun ;
  • littérature camerounaise et représentations ethniques ;
  • cinéma camerounais et perspectives identitaires.
  • etc.

3. La méthodologie

Pour orienter l’analyse, les contributeurs doivent :

  • relever l’incidence socio-anthropologique des mentalités sur l’effectivité de la promotion de l’homme dans le développement du Cameroun ;
  • mettre en évidence les prédispositions et particularités socio-culturelles dans la réalisation des objectifs de gouvernance sensible aux ethnies ;
  • souligner le facteur identitaire dans l’universalisation de la promotion des ethnies dans les sociétés camerounaises ;
  • identifier et analyser les pratiques ethniques ou inter-ethniques de promotion sociale au Cameroun.

4. Les résultats attendus

À l’issue de la journée :

  • des expériences culturelles de l’approche ethnie/tribu dans les traditions camerounaises sont connues et adoptées comme modèles de référence ou non ;
  • des mécanismes pertinents d’observation et de mesure dans l’approche intégrée des ethnies sont identifiés ;
  • des cadres et outils d’intégration de l’approche ethnie/tribu dans les textes de lois, les programmes et projets de développement sont définis et proposés à qui de droit.

5. Échéances (délai)

  • lancement de l’appel : 01/11/2021 ;
  • réception des projets de communication : 31/12/2021 ;
  • notification des contributeurs : 15/01/2022 ;
  • déroulement de la journée : 15/03/2022 ;
  • réception des projets d’article : 15/04/2022 ;
  • retour aux contributeurs : 15/05/2022 ;
  • réception définitive des projets d’article : 15/06/2022 ;
  • date probable de publication de l’ouvrage : novembre 2022.

6. Le Comité Scientifique

– AMBASSA Fils Bernard, MC, Université de Maroua
– BAÏMADA GIGLA François, MC, Université de Maroua
– BASKA TOUSSIA Daniel-Valérie, MC, Université de Maroua
– DATOUANG DJOUNSSOU Jean-Marie, Université de Maroua
– EVOUNA Jacques, MC, Université de Maroua
– MBELÉ ABBO Félix, CC, Université de Maroua
– GARAKCHEME GIGLA, CC, Université de Maroua
– KOSSOUMNA LIBA‟A Natali, Université de Maroua
– MBRING Joël, CC, Université de Maroua
– SAÏBOU Issa, Pr., Université de Maroua
– SAMBO Armel, MC, Université de Maroua
– TAMIBE PATALE Suzanne, CC, Université de Maroua
– TOUMBA HAMAN Patrick, CC, Université de Maroua
– TANDIA Jean-Jacques Rousseau, Pr., Université de Dschang
– TOURNEUX Henry, Directeur de Recherche Émérite/CNRS
– WOUDAMMIKÉ François, CC, Université de Maroua

7. Coordonnateurs du projet (à qui sont envoyées les contributions)

– BALGA Jean Paul, MC/FALSH – Université de Maroua (E-mail : balgajean@yahoo.fr)
– FOPA KUETE Roger, CC/FALSH – Université de Maroua (E-mail : fokuero@yahoo.fr)
– ALTINE Mathieu, Ass./FALSH – Université de Maroua (E-mail : mathieualtine@yahoo.fr)

8. Bibliographie

Ateba-Eyene Charles, 2008, Les paradoxes du pays organisateur, Yaoundé, Saint-Paul.
Baimada Gigla François. et Ndzotom Mbakop Arnold. Willy. (Re), 2020, Negociating Togetherness Approaches in Language, Literature and Social Sciences. Yaoundé, Dinimber & Larimber.
Balga Jean Paul, 2018, Le proverbe : forme, fonction et sens en pays tupuri (Tchad-Cameroun), Paris, L‟Harmattan, 206 p.
Balga Jean Paul, 2021, Le multilinguisme et le multiculturalisme en crise au Cameroun : représentations et politiques linguistiques, Paris, Generis Publishing, 265 p.
Biloa Edmond, 2003, La langue française au Cameroun, New-York, Peterlang.
Bouba Haman, 2008, « Le „noir‟ : psychanalyse d‟un concept et essai de critique racio-historique d‟une vision péjorante », Revue internationale des sciences humaines et sociales – RISHS, Yaoundé, L‟Harmattan, vol. 2, n°2, pp. 151-175.
Calvet Louis-Jean, 1999, Pour une écologie des langues, Paris, Plon.
Cuoq Jean-Marie, 1975, Les Musulmans en Afrique, Paris, Editions G.P.
Deroy Louis, 1956, L’emprunt linguistique, Paris, Les Belles Lettres, 486 p.
Domo Joseph, 2010, Le nord-Cameroun, Mythe ou réalité, Paris, L‟Harmattan, 256 p.
Éla Jean-Marc, 1985, Ma foi africaine, Paris, Karthala.
Gaillard Philippe, 1994, Ahmadou Ahidjo, Paris, Groupe Jalivres.
Geets Claude. “La peur de la différence.” Pensée plurielle vol. 5, 2003, pp. 7–16. DOI: https://doi.org/10.3917/pp.005.0007.
Glissant Édouard, 1990, Introduction à une poétique du divers. Gallimard.
Gwoda Adder-Abel, 2012, « L‟identité Wadjo, ou penser l‟inculturalité d‟une région hétérogène comme fondement du développement », (éds), Gwoda Adder-Abel et Alawi Zélao, Le Nord-Cameroun à l’épreuve des pluralismes, Paris, L‟Harmattan, pp. 75-99.
Lombard Jacques, 1969, « Tribalisme et intégration nationale en Afrique noire ». L’Homme et la société, 12, 69-86.
Maalouf Amin, 1998, Les identités meurtrières, Paris, Grasset et Fasquelle.
Mankou Brice Arsène, 2007, « Le tribalisme ». Le Portique, 5. Disponible à http://journals.openedition.org/leportique/1404
Marchal Hervé, 2012, L’identité en question. Ellipses.
Matateyou Emmanuel, 2014, La mer des roseaux, Paris, Teham.
Messanga Gustave Adolphe, et Nzeuta Lontio Sylvestre, 2020, « Construction et Validation d‟une Échelle d‟évaluation du Tribalisme dans les Relations Intergroupes ». In European Scientific Journal, Vol.16, No.10.
ISSN: 1857-7881 (Print) e – ISSN 1857-7431. Doi:10.19044/esj.2020.v16n10p195 URL:http://dx.doi.org/10.19044/esj.2020.v16n10p195
Minkala-Ntadi, P. (2011). Une phénoménologie du tribalisme dans les sociétés africaines. Disponible à http://pierre-raudhel.overblog.com/article-une-phenomenologie-du-tribalisme-dans-lessocietes-africaines-66572311.html
Pigeaud Fanny, 2011, Au Cameroun de Paul Biya, Paris, Karthala, 278 p.
Salikoko Mufwene, 1997, « Identité », in Marie-Louise Moreau (éds), Sociolinguistique, concepts de base, Liège, Pierre Mardaga, pp.160-165.
SENGAT KUO François, 1985 « Discours de l‟ouverture de la semaine culturelle du 14 au 20 mai 1985 au Palais des Congrès de Yaoundé », in Identité culturelle camerounaise, Yaoundé.
Tchatchoua Thomas, 2012, Les bamiléké au Cameroun : Ostracisme et sous-développement. L‟Harmattan : Paris.
Tsafak Gilbert, 2002, « Le tribalisme chez les élèves de l‟enseignement secondaire au Cameroun ». Revue des sciences de l‟éducation de MCGILL, 37, 2, 193-222.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search