Trouver des idées pour rédiger un article scientifique

Sommaire de l’atelier en billets “Écrire et publier un article scientifique”

0. Atelier en billets. Écrire et publier un article scientifique

Étape 1 ♦ Trouver des idées pour rédiger un article scientifique (VOUS ÊTES ICI)

Étape 2 ♦ Organiser et mener sa recherche (pas encore disponible)

Étape 3 ♦ Rédiger ses résultats dans le format article (pas encore disponible)

Étape 4 ♦ Choisir une revue et soumettre son texte (pas encore disponible)

Étape 5 ♦ Répondre à une évaluation scientifique (pas encore disponible)

Étape 6 ♦ Exercice de fin de parcours (pas encore disponible)


La recherche, en tant que métier ou activité qualifiante et certificative du chercheur et de la chercheuse, amène inévitablement à se poser la question de savoir comment trouver des idées pour contribuer à l’évolution de la science. Aussi abstraite qu’elle puisse quelquefois paraître, cette dernière n’est pas coupée du monde réel qu’elle se propose d’observer et de scruter méthodiquement dans le but d’aboutir à des résultats reproductibles dans les mêmes conditions et dans d’autres contextes d’expérimentation. L’idée de la reproductibilité semble toutefois problématique en sciences humaines et sociales puisqu’elle sous-entendrait par exemple que les phénomènes humains et sociaux sont figés d’un lieu à un autre, d’une époque à une autre. C’est d’ailleurs sous cet angle que Sarah Calba et Robin Birgé (2019) proposent de déconstruire ce mythe de la neutralité scientifique.

Pour Michael Jay Katz, (2006 : ix-x), faire la science moderne revient ainsi à enrichir une collection de savoirs à partir soit de l’observation-description des phénomènes naturels, soit d’un réexamen des connaissances existantes. L’évolution de la science est mesurable à l’enrichissement de cette collection, lequel n’est possible qu’à condition d’approcher les phénomènes exogènes ou endogènes à la science à partir de la notion d’obstacle. Selon Gaston Bachelard, l’« obstacle épistémologique s’incruste dans la connaissance non questionnée » (2011 : 17), ce qui implique d’une part que toute dimension de l’univers ou tout phénomène naturel n’ayant pas encore fait l’objet d’une description est potentiellement un sujet de réflexion scientifique.

Crédit : Jolanta Dyr, 3 July 2012.

L’observation, entre autres, des sociétés humaines, des modes de vie, des façons de parler, de se déplacer, des contacts entre les groupes, des cultures et des langues peuvent ainsi nourrir les idées d’articles scientifiques en sciences humaines et sociales. La fécondité de cette expérience première doit toutefois être prise avec prudence et esprit critique quand on sait que les premiers journaux scientifiques datent de plus de 300 ans (Day, 1995 : 4) et que les vieilles civilisations – à l’instar de l’Égypte antique, de l’Arabie islamique, de la Grèce antique et de la Chine – ont légué à l’humanité un patrimoine important de savoirs. Il convient, dès lors, d’éprouver l’originalité d’une idée de recherche en la confrontant à la littérature existante. La lecture des travaux antérieurs permet non seulement de dresser un état de la question, mais elle révèle surtout les aspects non questionnés qui sont, dans la logique de l’esprit scientifique, de nouvelles voies à explorer. C’est du moins ce qui est enseigné dans les cours de méthodologie de rédaction des thèses et mémoires de recherche. Les chapitres de ces travaux académiques peuvent donc aisément être transformés en articles scientifiques.

Par ailleurs, les idées d’article peuvent découler de projets de recherche financés par les gouvernements, les universités, les institutions de recherche ou partenaires. La plupart des travaux sur le VIH-SIDA, sur le paludisme et, très récemment, sur le Covid-19 ont bénéficié de ce type de financement[1]. Les profils de candidature (job description) pour le recrutement des doctorant-e-s, postdoctorant-e-s et des chercheurs et chercheuses rappellent de plus en plus que les candidat-e-s devront rédiger des articles pendant l’exécution de leur contrat ou après la réalisation de leurs travaux. Pour ce faire, les hypothèses de base ou les premiers résultats sont généralement présentés devant les pair-e-s ou les bailleurs de fonds dans les séminaires de recherche, les conférences ou les colloques. L’idée ou le titre d’un article, la problématique et les hypothèses de travail sont alors affinés à la suite d’une évaluation sommaire et préliminaire qui s’effectue par le truchement du jeu des questions-réponses, des commentaires et suggestions. La participation à ces moments d’échange scientifique permet de se tenir informé-e de l’actualité du domaine en même temps qu’elle inspire de nouvelles pistes de recherche.

Crédit : Михайло Пецкович, 23 August 2018, 05:41:31, URL : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:%D0%A8%D0%BF%D0%B8%D1%86%D1%96_3.jpg

N. B. : Les références de tous les billets de cet atelier sont citées ICI.

Cite this article as: Gilbert Babena, "Trouver des idées pour rédiger un article scientifique," in Écho du discours, savoirs en écho, 12/11/2021, https://echodiscours.hypotheses.org/144.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search