La bibliographie et l’infortuné-e, épisode 1

“En dépit de… votre texte a été refusé”

Le feuilleton intitulé La bibliographie et l’infortuné-e, constitué de neufs billets, présente les malaises bibliographiques susceptibles de motiver le refus d’un texte. L’auteur, qui voit par ailleurs défiler plein de textes intéressants dans l’antichambre du secrétariat général du Grenier des savoirs, montre avec une pointe d’humour comment la négligence de cette section génère des appréciations négatives d’un travail qui comporte a priori quelques atouts et communique des savoirs utiles pour l’avancée d’un domaine scientifique ou pour leur exploitation en contexte de développement. Voici le premier épisode du feuilleton.

Le petit e-mail de l’infortune

« Cher monsieur, chère madame, en dépit de nombreuses qualités de votre texte, nous sommes désolé-e-s de vous annoncer que votre texte a été refusé », voici une phrase que la plupart des chercheurs et chercheuses, parfois les plus aguerri-e-s dans le métier, ont souvent reçu dans leur e-mail. Pour les plus jeunes en tout cas, on relit souvent le rapport d’évaluation avec le plus grand soin, on repasse les critères au peigne fin, on cherche en vain les motifs de ceux ou celles qui ont eu le toupet de refuser d’acheter notre belle Ferrari… euh pardon, notre premier texte qu’on prend souvent pour une voiture de luxe ou de collection qui se vendrait aux enchères dans l’une des revues les plus prestigieuses de notre domaine de recherche. On est souvent choqué-e par le refus qu’on finit même par ne pas remarquer que l’émetteur ou l’émettrice (anonyme) de l’e-mail a choisi de parler d’un texte plutôt que d’un article (notre Ferrari), qu’il ou elle a choisi de dire que nous avons proposé une bibliographie en lieu et place des références bibliographiques, qu’il ou elle évoque l’anachronisme de notre approche alors qu’on cite un Merleau-Ponty, un Engelbert Mveng, un Edward T. Hall ou un Ébénézer Njoh Mouellé… alors même qu’on a eu accès aux classiques des sciences sociales.

Soupçon d’hégémonie pour justifier l’acte de refus

Crédit : Michalsuszycki

On a entendu parler de l’hégémonie de la pensée euro-descendante sur les sciences et la méfiance affichée de celle-ci vis-à-vis des autres épistémologies (Piron, 2019)… C’est cela même la cause de notre infortune. Peut-être pas, puisque Sapir et Merleau-Ponty sont des Euro-descendants. Bien, je suis formelle, c’est probablement parce que j’appartiens à une université d’un pays des Suds, peut-être parce que je suis une femme, peut-être parce que… ou parce que… (on est dans les vapes de l’incompréhension). On a tout remarqué, sauf le critère « faible » qui apprécie notre bibliographie ou les références de notre texte. On accepte toutes les remarques, les critiques et les suggestions, sauf l’acharnement de cet évaluateur – non plutôt celui de cette évaluatrice anonyme (les femmes sont plus dures que les hommes, encore une idée reçue1 !) – à nous titiller sur les textes (mal) cités (approximativement), sauf son acharnement à nous faire remarquer que le contenu de notre texte ne s’accorde à notre bibliographie, sauf son acharnement à nous malmener sur l’intérêt de notre bibliographie pour la question traitée, sauf le fait qu’il nous reproche de vouloir à tout prix citer Voltaire alors que Cheikh Ba a fait un texte engagé sur les savoirs endogènes dans la lutte contre le changement climatique. Normal ! Nos cours de méthodologie ne nous ont jamais appris à aller…

Pour aller loin…

  • Francesca Bray, « Qu’est-ce qu’un texte technique ? », Techniques & Culture [En ligne], 54-55 | 2010, mis en ligne le 30 janvier 2013, consulté le 07 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/tc/4997 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tc.4997
  • Piron, Florence. (2019). L’amoralité du positivisme institutionnel. L’épistémologie du lien comme résistance. In Et si la recherche ne pouvait pas être neutre? (Laurence Brière, Mélissa Lieutenant-Grosselin et Florence Piron, dir., p. 135‑168). Édition science et bien commun.
  • La bibliographie dans d’autres carnets sur hypothèses : carnet 1, carnet 2, carnet 3.
  • L’hégémonie : carnet 4

Crédit

Cite this article as: Gilbert Babena, "La bibliographie et l’infortuné-e, épisode 1," in Écho du discours, savoirs en écho, 08/11/2021, https://echodiscours.hypotheses.org/8.

  1. Lire “Penser l’hégémonie” de Mélanie Gourarier, Gianfranco Rebucini et Florian Vörös. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search